Faux départ

IMG_2511 

Quelle rentrée ! Je dirais bien « quelle reprise » mais je n’ai pas encore tout à fait repris ma place derrière la machine à coudre. Nous sommes partis en vacances 4 semaines, du 31 juillet au 27 août. Nous avons eu envie de nous faire ce joli cadeau, un road trip jusqu’en Italie en passant par la Croatie, le Monténégro, l’Albanie et enfin la Grèce. 4 semaines, 5000 km dans les pattes, des centaines d’images sur le disque dur, quelques souvenirs dans les bagages et des milliers dans la tête. Une folie, 4 semaines de dépaysement, de paysages plus beaux les uns que les autres. Puis retour en France, j’enchaine avec la fin de mon contrat à Cahors puis quelques jours à Paris. Une fois les valises (sous les yeux…) remplies de tissu, posées à Toulouse, je pense à ce qui m’attend pour cette rentrée de septembre. Ma liste (fictive, bien sûr !) de choses à faire s’allonge toutes les minutes, de nouvelles idées s’ajoutent aux précédentes, les projets à concrétiser m’excitent. Bref ! Je suis contente que la rentrée soit là, je suis impatiente de la croquer à pleines dents, de me mettre en action.

Avant ça je fais une petite fête pour mes 30 ans parce que, quand même, 30 ans quoi ! Pas d’appréhension particulière d’entrer dans la trentaine, pas de mise au point, pas de bilan, juste le sentiment que ce bout de vie est déjà passé très vite et que je suis heureuse d’être là où j’en suis.

C’est là que le faux départ entre en scène. C’est là que tout ce qui s’était planifié dans ma petite tête s’envole, se voit forcé d’être reporté. C’est là que mes 30 ans m’ont emportée à Lisbonne du 11 au 16 septembre. J’ai décollé avec ma mère. Nos premières vacances entre filles. Et quelle destination ! Un retour aux racines. J’ai pris plaisir à écouter ma mère parler portugais à longueur de journée et découvrir (ou redécouvrir) des merveilleuses adresse lisboètes.

Et me voilà donc qui fais ma rentrée  un lundi 18 septembre. Ma fameuse liste a pris de l’ampleur, j’ai tellement été inspirée par tous ces pays que j’ai eu la chance de visiter ces dernières semaines ! Lisbonne m’a offert une cure de lumière et de couleur très appréciable pour confectionner les nouveautés. J’espère que vous serez des boulimiques de couleurs avec moi…

 IMG_2517IMG_2514IMG_2513IMG_2507IMG_2587IMG_2561IMG_2594IMG_2629IMG_2639IMG_2650IMG_2654IMG_2745IMG_2746IMG_2804IMG_2842IMG_2903IMG_2980IMG_2835IMG_2990IMG_2875IMG_2693IMG_2474

À très vite…

Déborah. 

 

Zoom sur Punkster

2
Hello !

L’info n’a pas dû vous échapper si vous me suivez aussi sur les réseaux sociaux mais au cas où… J’ai créé une marque avec mon beau barbu. Lui s’occupe principalement des visuels et du site internet et je m’occupe de sérigraphier et de coudre les étiquettes. C’est surtout un travail d’équipe bien sûr, comme pour les photos, la présence sur les réseaux sociaux, la recherche des prochains visuels, etc… C’est une super expérience de créer à 2, c’est stimulant et ça m’aide aussi pour ma marque Mamzel Tutu à être plus rigoureuse, à innover, me remettre en question. A deux on se sent plus fort, – ce n’est pas un secret on est d’accord – et on ose tester de nouvelles techniques et s’attaquer à la conception d’un site de vente en ligne par exemple. Chose que nous pourrions faire l’un sans l’autre mais certainement moins vite, avec moins d’entrain et peut être moins de curiosité. L’un soulève une question, l’autre apporte une idée, on échange, on explore, on avance (cette phrase résume assez bien ce que nous construisons ensemble, c’est drôle !) et c’est super. J’adore, je me sens chanceuse de pouvoir vivre cette expérience avec lui.

Cette marque est partie d’un délire. Nous avons commencé par réaliser des pochoirs pour taguer le camion de Johann et quelques murs du quartier (!). Un tote bag vierge traînait chez moi, on a fait un test à la bombe. Le résultat nous a emballé et donné envie de développer cette idée sur des t-shirts et de les commercialiser. C’est ainsi que Punkster est né ❤

Pour réaliser ces t-shirts, nous avons réfléchi et testé différentes techniques, la sérigraphie s’est imposée très rapidement. Nous avons suivi un stage d’initiation à la sérigraphie proposé par « La Mèche » à Toulouse. La technique nous a plu et nous y sommes retournés quelques jours plus tard pour imprimer nos t-shirts et sacs en coton.  Merci surtout à Alex pour son accueil, sa patience et ses bons conseils. Toute l’équipe est géniale, nous aimons y passer du temps ! 

J’ai pensé qu’un petit « envers du décor » serait intéressant pour vous donner une idée de comment sont créés nos produits. Alors place aux photos…

IMG_7117IMG_7027 IMG_7028 IMG_7051 IMG_7063 IMG_7076 IMG_7099 IMG_7109 IMG_7113

Crédits photos: Marc

Le site de vente en ligne est prêt, n’hésitez pas à le découvrir sur http://www.punkster.fr et à nous donner votre avis. Vos remarques et vos suggestions sont toutes bonnes à prendre.

A très vite pour un look Punkster…

Déborah.

Inspiration collection été 2016

fd5efae242c113d1323b83cc2d31e8ed

Ahah ! Vous l’avez pas vu venir cet article hein ? Bah moi non plus ! Enfin si. Mais je pensais pas vous le présenter si « tôt ». Mais voilà, je tiens plus. J’ai très envie de partager avec vous ce qui m’inspire pour cette nouvelle collection printemps été 2016.

Je vous l’ai déjà annoncé, c’est la révolution dans ma tête, dans mon corps. L’envie de faire mille choses me démange encore plus que d’habitude. Et cela va se voir dans la prochaine collection…. Aaaah j’espère que celle ci vous plaira ! J’ai hâte ! Changement de matériaux. Changement de technique. Changement d’ambiance. Tilalilalou…

L’univers du tattoo me plait beaucoup. Et surtout le motif mandala qui a rencontré un franc succès l’été dernier. Je trouve la forme et la signification très positive et c’est ce qui m’a poussé à m’inspirer de ces symboles. La diversité des formes et remplissages me laisse un terrain de jeu très vaste, encore une fois, tout est possible.

3b3449c6ccd38ed41196706dd4028020 6fa3dba32ed32f1a051314086684c7bc 32f0fbc955f64c614677cf453807ed69 206cc9fe0f9c4acb4908beb79f05cd38 bdb9158efba176e0a4f256f0978728e8

Sources des images: Pinterest

Je ne vous en dévoile pas plus, j’ai l’impression que vous avez déjà tout deviné ! Vous savez comme quand on fait un cadeau à quelqu’un, que cette personne veut un indice en attendant le jour J et que le moindre petit indice nous parait complètement évident et ainsi, la personne en face va deviner tout de suite le fameux cadeau. Ahah ! C’était l’instant « mis à nue » juste pour vous…

On se retrouve vite pour un look et un second concours ! Vous avez jusqu’à samedi 18h pour participer au premier ici.

Déborah

Il n’y a pas qu’une façon d’aimer.

  
Envie de dire « l’amour, cette sale race! » Mais je pense aussitôt tout le contraire. Je m’explique… L’amour a le chic pour faire ressortir chez chacun d’entre nous le meilleur du bon et le pire du pire. Autant, je peux donner le meilleur de moi en étant investi, passionnée, docile, douce, et aimante. Autant mon côté possessif, dominatrice, et exigeante peu aussi ressortir. Souvent cela dépend de la personne de qui nous tombons amoureux. 

  
Je vous parlais il y a peu d’amitié. Aujourd’hui d’amour. J’espère ne jamais ressentir le besoin de vous parler de haine…

Dans un monde parfait, l’amitié ne me semble pas complètement différent de l’amour. Mais dans notre quotidien c’est une autre histoire… Pourquoi les relations amoureuses ne pourrait pas être aussi simple que les relations amicales? Je sais bien, en règle général nous sommes conditionés depuis gamins à connaître le grand amour, à faire des enfants et se marier avec ce grand amour, lui promettre exclusivité. Un schéma qui conditionne complètement notre façon d’aimer et notre rapport à l’autre.

  
En essayant de prendre du recul sur ma jeune vie et mes quelques expériences relationnelles actuelles et passées, je constate que ce schéma ne me correspond pas même si il est quand même bien présent dans ma tête. En fait c’est un peu le seul point de comparaison que j’ai. Mes parents se sont connu très jeunes, bla bla bla, puis ils ont divorcés, bla bla bla, schéma de vie de couple assez standard, on est d’accord. Sauf que moi, je ne m’y retrouve pas. Je n’ai pas le sentiment d’être comblée dans ce genre de relation amoureuse. Comme une impression de jouer un rôle. Le rôle de la petite famille parfaite, où chacun s’oubli plus ou moins pour rentrer dans le moule, pour faire bien. On oublie quoi? Ses envies, ses rêves personnels, on oublie qu’on est une personne à part entière, qu’on est pas obligé d’exister à travers une vie familiale semblable à celle de nos parents, qu’on est une personne avec des désirs et désirable. 

Bon ok, je noirci peut être un peu le tableau, il y a des côtés rassurants à être en couple dans une relation sérieuse et exclusive mais pourquoi on ne pourrait pas aussi être épanouis dans une façon d’aimer différente?

  
Je trouve dommage qu’on se bloque dans des idées préconçues qui ne correspondent pas à une partie plus ou moins grande d’entre nous. Pourquoi ne pas vivre nos relations amoureuses comme des relations amicales mais avec du sexe en prime… Ou pas? Je ne dis pas qu’il faut coucher avec tout nos amis, non loin de là. Par exemple, vous avez 3 ou 4 très bon amis non? Est ce que chacune de ces personnes vous apporte la même chose? Est ce que vous avez la même complicité avec chacune? Est ce que vous partager les choses à l’identique avec chacun de ces amis? Pour ma part, non. Chacun de mes amis à une place particulière, alors ok je leur raconte grossomodo la même chose mais chacun m’apporte des choses différentes et complémentaires. C’est pour cela que je ne pourrais en choisir qu’un, je serais incapable de me contenter que d’un seul ami. En amour pourquoi cela ne serait pas similaire!? Si je passe une soirée avec Aurélie, Samira ne m’en voudra pas. Tout comme lorsque je pars en vacances avec Céline, Mathilde ne cris pas trahison et infidélité. Pourquoi une seule personne en amour devrait être capable de m’apporter tout ce que mes amis m’apportent à plusieurs? Quelle pression! C’est ca d’ailleurs, l’amour est synonyme de pression vous ne trouvez pas? Nous voulons être parfait pour l’être aimé par peur qu’il ne nous aime pas ou plus, par peur qu’il trouve mieux que nous (et qu’il nous trompe, et qu’on se compare, et qu’on perde en estime de soi, et qu’il nous quitte, et qu’on sois seul, et qu’on déprime, et qu’on etc…). C’est horrible, personnellement j’ai du mal à supporter l’idée. Je ne suis pas très jalouse car je sais clairement que l’amour court les rues et que mon amoureux peut flasher sur quelqu’un a tout moment (dans le métro, au boulot, à la boulangerie, etc…) encore plus à l’heure actuelle des applications smartphone de rencontres où draguer et rencontrer devient banal et tellement accessible. Bon on va pas rentrer dans le débat de notre société actuelle de consommation excessive hein?! (Consommation, drague, relations aux plurielles, etc…) On est d’accord!

  
Bref, je garde confiance en moi, si mon amoureux est amoureux, qu’il m’accorde de son temps parce que passer du temps en ma compagnie lui fait du bien et plaisir, pourquoi ma place dans son coeur changerait? Comme en amitié. 

Je ne dis pas qu’il faut cumuler les partenaires amoureux, je dis juste qu’être amoureux de plusieurs personnes à la fois ne me parait pas complètement saugrenu. J’y trouve même des avantages! Dans les relations amoureuses classiques, l’amour provoque de la jalousie, de la possessivité, de l’exigence voir de l’excellence. Dans le polyamour, il y a moins de prise de tête sur la fidélité paradoxalement. Si votre amoureux passe du temps avec vous plus tôt qu’avec d’autres ce n’est pas parce qu’il « doit le faire car il est en couple avec vous », il le fait car il a envie d’être avec vous, de partager ce moment là avec vous, vous êtes un choix pleinement assumé et voulu. Je crois que le sentiment d’appartenance est fondamental pour l’humain. Je ne suis pas contre l’idée « d’appartenir » à quelqu’un, d’être sa copine, peut être même de devenir sa femme, sa partenaire de vie, mais j’aime garder mon indépendance, continuer d’exister en tant que personne à part entière. Dans le polyamour, vous être rattaché à quelqu’un que vous aimez profondément mais vous êtes complètement libre. Je refuse que l’amour nous freine. Pour moi l’amour doit me transporter, m’épanouir, me tirer vers le haut, m’inspirer et non pas me restreindre, diminuer mes envies, m’interdir des choses. Interdit, si il y a bien un mot qui me met en horreur c’est celui la. 

Tant que les choses sont explicites, l’amour au pluriel est possible je crois.

Qu’en pensez vous? 

Crédits images: Pinterest.

Avec toute ma bienveillance,

Déborah.

Papa, maman, je passe à la télé!

IMG_5039Il faut que je vous parle de mon amoureux… Je l’ai rencontré il y a 8 mois en emménageant sur Toulouse. La ville rose, elle en a vite pris la couleur dans mon cœur c’est sur!
Pourquoi je décide de vous parler de mon beau barbu aujourd’hui en particulier? Parce que dans moins d’une semaine vous verrez ma petite tête et la sienne à la télé, dans une émission à laquelle je n’aurais pas imaginé participer, en tout cas pas de cette façon et que je vais très certainement avoir envie de partager cette aventure avec vous sur Instagram (@mamzeltutu) ou Facebook et j’imagine que ,comme mon entourage à qui j’ai parlé de ma rencontre avec Johann dés les premiers instants, vous allez vous interroger et aussi, parce que c’est important pour moi de vous le présenter ici, dans mon petit espace internet, mon petit chez moi virtuel car je l’évoque de plus en plus et je vais très certainement être amenée à l’évoquer encore de nombreuses fois pour des projets artistiques que nous avons ensemble et pour ce que l’on crée et partage déjà ensemble.
Mon amoureux n’est pas comme les autres. Ok, aucun amoureux ne ressemble à un autre je vous l’accorde mais lui, il est hors catégorie.

IMG_1343Un jour avec une amie on s’amusait à faire le portrait de notre homme respectif parfait, et à 2 ou 3 détails près BIMBADABOOM il débarque dans ma vie, le mec au profil parfait pour moi. Dingue! Nouvelle ville, nouvel appart, nouveaux visages et nouvelle aventure. Et quelle aventure toulousaine!
Cette rencontre et notre relation m’apportent du bien-être, me stimule artistiquement, je suis encore plus curieuse de tout et il sait être aussi bien bon prof que bon élève. C’est une relation riche d’échange et d’apprentissage, j’ai la sensation d’égalité dans ce qu’on s’apporte mutuellement et indirectement.

12325087_851147568335735_827465867_n

« Un p’tit coin d’parapluie contre un coin d’paradis. »

C’est n’importe quoi, quand je commence à parler de cet homme, de mon amoureux, je pars dans tous les sens, ce n’est pas du tout structuré, tous les détails me semblent essentiels pour que mes interlocuteurs puissent se faire un avis juste sur Johann. Ou en tout cas avoir une vision de lui similaire à la mienne.

12309213_851146745002484_1598347495_nJohann, 34 ans 1/2, sociologue, chercheur au CNRS, professeur, photographe, écrivain, artiste, touche à tout, mélomane, cuisinier, passionné, épicurien, curieux, drôle. Ah oui! J’allais oublier… et myopathe.
La myopathie est une maladie neuromusculaire se traduisant par une dégénérescence du tissu musculaire. Et l’émission à laquelle nous participons est le Téléthon. Une équipe de tournage a suivi Johann 48h en octobre et j’y fais 1 ou 2 apparitions. Le reportage sera diffusé samedi 5 décembre à 10h (oui du matin) sur France 2, Johann sera sur le plateau aussi en direct pour discuter du reportage. Pour ma part je serai dans le public, cherchez moi 😉  Vous en saurez plus sur son quotidien, sur sa façon de vivre, sur ce que je vis avec lui, etc… Il me tarde de découvrir le reportage. Eh oui! On le découvrira en même temps que vous samedi matin.

12319661_851147185002440_1229233618_nJe tiens à dire aussi que sa maladie et son fauteuil je les oublie très très souvent, je me suis très vite adaptée à sa façon de vivre quotidienne ce qui m’a très vite laissé voir la personne incroyable à laquelle j’avais à faire.
Avec lui je découvre tellement de choses. Il éveille ma curiosité. Il diversifie mes envies. Il nourrit ma créativité. Il m’aide à explorer des côtés de ma personnalité. Il me prouve que j’ai tord, que je suis capable de plus, que je peux aller encore plus loin, que la vie ne mérite d’être vécue qu’à 200% et pas moins.
Comme je l’ai déjà évoqué précédemment, je me sens bien avec moi même, je me sens sur ma voie et il n’y est pas étranger.

12309249_851148025002356_783923949_nPour le shooting de la collection actuelle, Johann s’est chargé des photos.

Je me sens changeante artistiquement aussi. On teste plein de choses ensemble comme la découpe laser, la sérigraphie, etc… La prochaine collection devrait évoluer encore plus en espérant que la Mamzel Tutu qui évolue arrive à conserver un univers qui vous plaira toujours autant… D’ailleurs soyez attentifs samedi matin, vous verrez un avant goût de notre projet commun!
La vie est belle mes paillettes et le bonheur est là où vous voulez qu’il soit. Ouvrez l’œil et appréciez les petits plaisirs.

IMG_0387

On se retrouve vite avec des DIY et des sélections cadeaux pour Noël…

Bonne semaine,

Déborah.