Il n’y a pas qu’une façon d’aimer.

  
Envie de dire « l’amour, cette sale race! » Mais je pense aussitôt tout le contraire. Je m’explique… L’amour a le chic pour faire ressortir chez chacun d’entre nous le meilleur du bon et le pire du pire. Autant, je peux donner le meilleur de moi en étant investi, passionnée, docile, douce, et aimante. Autant mon côté possessif, dominatrice, et exigeante peu aussi ressortir. Souvent cela dépend de la personne de qui nous tombons amoureux. 

  
Je vous parlais il y a peu d’amitié. Aujourd’hui d’amour. J’espère ne jamais ressentir le besoin de vous parler de haine…

Dans un monde parfait, l’amitié ne me semble pas complètement différent de l’amour. Mais dans notre quotidien c’est une autre histoire… Pourquoi les relations amoureuses ne pourrait pas être aussi simple que les relations amicales? Je sais bien, en règle général nous sommes conditionés depuis gamins à connaître le grand amour, à faire des enfants et se marier avec ce grand amour, lui promettre exclusivité. Un schéma qui conditionne complètement notre façon d’aimer et notre rapport à l’autre.

  
En essayant de prendre du recul sur ma jeune vie et mes quelques expériences relationnelles actuelles et passées, je constate que ce schéma ne me correspond pas même si il est quand même bien présent dans ma tête. En fait c’est un peu le seul point de comparaison que j’ai. Mes parents se sont connu très jeunes, bla bla bla, puis ils ont divorcés, bla bla bla, schéma de vie de couple assez standard, on est d’accord. Sauf que moi, je ne m’y retrouve pas. Je n’ai pas le sentiment d’être comblée dans ce genre de relation amoureuse. Comme une impression de jouer un rôle. Le rôle de la petite famille parfaite, où chacun s’oubli plus ou moins pour rentrer dans le moule, pour faire bien. On oublie quoi? Ses envies, ses rêves personnels, on oublie qu’on est une personne à part entière, qu’on est pas obligé d’exister à travers une vie familiale semblable à celle de nos parents, qu’on est une personne avec des désirs et désirable. 

Bon ok, je noirci peut être un peu le tableau, il y a des côtés rassurants à être en couple dans une relation sérieuse et exclusive mais pourquoi on ne pourrait pas aussi être épanouis dans une façon d’aimer différente?

  
Je trouve dommage qu’on se bloque dans des idées préconçues qui ne correspondent pas à une partie plus ou moins grande d’entre nous. Pourquoi ne pas vivre nos relations amoureuses comme des relations amicales mais avec du sexe en prime… Ou pas? Je ne dis pas qu’il faut coucher avec tout nos amis, non loin de là. Par exemple, vous avez 3 ou 4 très bon amis non? Est ce que chacune de ces personnes vous apporte la même chose? Est ce que vous avez la même complicité avec chacune? Est ce que vous partager les choses à l’identique avec chacun de ces amis? Pour ma part, non. Chacun de mes amis à une place particulière, alors ok je leur raconte grossomodo la même chose mais chacun m’apporte des choses différentes et complémentaires. C’est pour cela que je ne pourrais en choisir qu’un, je serais incapable de me contenter que d’un seul ami. En amour pourquoi cela ne serait pas similaire!? Si je passe une soirée avec Aurélie, Samira ne m’en voudra pas. Tout comme lorsque je pars en vacances avec Céline, Mathilde ne cris pas trahison et infidélité. Pourquoi une seule personne en amour devrait être capable de m’apporter tout ce que mes amis m’apportent à plusieurs? Quelle pression! C’est ca d’ailleurs, l’amour est synonyme de pression vous ne trouvez pas? Nous voulons être parfait pour l’être aimé par peur qu’il ne nous aime pas ou plus, par peur qu’il trouve mieux que nous (et qu’il nous trompe, et qu’on se compare, et qu’on perde en estime de soi, et qu’il nous quitte, et qu’on sois seul, et qu’on déprime, et qu’on etc…). C’est horrible, personnellement j’ai du mal à supporter l’idée. Je ne suis pas très jalouse car je sais clairement que l’amour court les rues et que mon amoureux peut flasher sur quelqu’un a tout moment (dans le métro, au boulot, à la boulangerie, etc…) encore plus à l’heure actuelle des applications smartphone de rencontres où draguer et rencontrer devient banal et tellement accessible. Bon on va pas rentrer dans le débat de notre société actuelle de consommation excessive hein?! (Consommation, drague, relations aux plurielles, etc…) On est d’accord!

  
Bref, je garde confiance en moi, si mon amoureux est amoureux, qu’il m’accorde de son temps parce que passer du temps en ma compagnie lui fait du bien et plaisir, pourquoi ma place dans son coeur changerait? Comme en amitié. 

Je ne dis pas qu’il faut cumuler les partenaires amoureux, je dis juste qu’être amoureux de plusieurs personnes à la fois ne me parait pas complètement saugrenu. J’y trouve même des avantages! Dans les relations amoureuses classiques, l’amour provoque de la jalousie, de la possessivité, de l’exigence voir de l’excellence. Dans le polyamour, il y a moins de prise de tête sur la fidélité paradoxalement. Si votre amoureux passe du temps avec vous plus tôt qu’avec d’autres ce n’est pas parce qu’il « doit le faire car il est en couple avec vous », il le fait car il a envie d’être avec vous, de partager ce moment là avec vous, vous êtes un choix pleinement assumé et voulu. Je crois que le sentiment d’appartenance est fondamental pour l’humain. Je ne suis pas contre l’idée « d’appartenir » à quelqu’un, d’être sa copine, peut être même de devenir sa femme, sa partenaire de vie, mais j’aime garder mon indépendance, continuer d’exister en tant que personne à part entière. Dans le polyamour, vous être rattaché à quelqu’un que vous aimez profondément mais vous êtes complètement libre. Je refuse que l’amour nous freine. Pour moi l’amour doit me transporter, m’épanouir, me tirer vers le haut, m’inspirer et non pas me restreindre, diminuer mes envies, m’interdir des choses. Interdit, si il y a bien un mot qui me met en horreur c’est celui la. 

Tant que les choses sont explicites, l’amour au pluriel est possible je crois.

Qu’en pensez vous? 

Crédits images: Pinterest.

Avec toute ma bienveillance,

Déborah.